1968 Lamborghini Miura P400

PRIX: Sur demande

Châssis 3420

Important dossier d’entretien depuis les 25 dernières années

Très bel état général

Première dans sa classe au Concorso Italiano en 1997 à Pebble Beach

L’un des design les plus icôniques de l’histoire automobile

Nous contacter

La lamborghini miura

C’est en 1964 que Ferruccio Lamborghini commença à sérieusement concurrencer Ferrari avec sa première automobile, la 350GT, mais ce fut incontestablement l’arrivée de la Miura en 1966 qui donna sa renommée internationale à la firme de Sant’Agatha di Bolognese. La genèse du projet, cependant, fut pour la première fois dévoilée comme châssis roulant lors du salon de Turin l’année précédente en 1965. En 1966, la Miura fit immédiatement son entrée au Panthéon des automobiles qui marqueront à jamais l’histoire. Dessinée par le jeune prodige Marcello Gandini, pour la maison Bertone, et équipée d’un V12 transversal à position centrale, la conception de l’auto était du jamais vu pour l’époque. Nous savons aujourd’hui que peu d’automobile ont, comme la Miura, réussi à changer l’histoire, ce pourquoi elle est aujourd’hui considérée comme la toute première supercar et prisée plus que jamais par les plus importantes collections dans le monde.

L’automobile présentée

La Lamborghini Miura que nous offrons ici est un modèle P400, sous sa forme la plus pure. Il s’agit du châssis 3420 – avec moteur ‘matching numbers’ 1802 – livré neuf via le Grand Garage des Nations en Suisse à un certain Monsiur Del Amo. L’auto, qui a quitté la chaine de production de Sant’agata di Bolognese le 28 mars 1968, fut à l’origine livrée en Rosso Acrilico avec intérieur noir.

Dans ses premières années 3420 est passé par l’Allemagne, comme en témoigne une plaque châssis complémentaire qui était alors requise pour son immatriculation dans le pays. A la fin des années 80 la voiture fut achetée et importée par Seaside Garage au Japon, qui était à l’époque connu pour avoir fait l’acquisition de nombreuses Lamborghini depuis l’Europe vers l’archipel Nippone. C’est alors que 3420 reçu une ‘légère restauration’ qui inclus une peinture neuve en blanc ainsi que des sièges retapissés en beige. Elle fut alors vendue à la mondialement-connue Collection Matsuda à Tokyo.

En 1994 Yoshiho Matstuda décida de se refocaliser sur ses marques de prédilection, Ferrari et Porsche, et par conséquent de progressivement se séparer de toutes les autos qui n’arboraient un cheval cabré sur le badge du capot avant. Ceci incluait la Miura châssis 3420. Symbolic Motorcars fit l’acquisition de l’auto pour son stock la même année et la vendit à un autre marchand de la côte ouest des Etats-Unis qui la gardera jusqu’en 1996. Elle fut par la suite acquise par un homme d’affaires et amateur de voitures de collection Français basé alors en Californie, Thierry de Mascureau.

A cette époque 3420 affichait 16,240 km au compteur et De Mascureau décida de faire repeindre l’auto dans son Rosso Acrilico d’origine (qu’elle arbore toujours aujourd’hui) par l’atelier Avio Coach Craft à Los Angeles. L’année suivante De Mascureau participa au Concorso Italiano à Pebble Beach en 1997 ou la voiture finira à une glorieuse première place. Jusqu’au début des années 2000 l’auto fut méticuleusement entretenue, incluant certains passages chez Ferrari of Anaheim à Los Angeles. En 2004 De Mascureau, alors toujours propriétaire de la Miura, pris la décision de revenir à son pays natal, la France, et de ramener toutes ses autos avec lui. La Miura faisait donc partie du voyage. Elle fut immatriculée ‘512 BFX 06’ et affichait alors 17,396 km au compteur. A la fin des années 2000 la voiture fut temporairement exposée au Palais Princier à Monaco et restera dans les mains de De Mascureau jusqu’en 2011, totalisant ainsi 15 années de propriété. Toutes les factures de l’époque ou il fut propriétaire de 3420 sont présentes dans le dossier. Elle fut achetée par un marchand Allemand en 2011. A cette époque, la voiture fut révisée chez P3 Automobiles à Cannes ainsi que Formula GT à Munich. Depuis les 8 dernières années, elle est la propriété d’un collectionneur qui n’en fait qu’une utilisation relativement sporadique mais régulière.

Superbement présentée et prête à faire la joie de son prochain propriétaire, ce magnifique exemplaire affichant 19,832 km est accompagné d’un dossier de maintenance totalissant 45 factures originales depuis les 25 dernières années, est très certainement l’une des Miura les plus désirables actuellement disponible.

Papiers Allemands.

Photos: Stephan Bauer pour Auxietre & Schmidt